Gestion du bruit

Lutte contre le bruit

Stratégies

Les mesures techniques et structurelles « traditionnelles » ne suffisent pas à contrer le bruit en constante augmentation. Des décisions au niveau de la planification et au niveau politique sont incontournables.

L'objectif n'est pas de construire davantage de murs antibruit et de les optimiser, mais de produire moins de bruit, ou du moins de ne pas augmenter la pollution sonore.

Sensibilisation au bruit à l’intention des pollueurs

La connaissance des effets perturbateurs, des effets sur la santé et des coûts économiques du bruit est une condition préalable à toute action visant à réduire la pollution sonore. En plus de toute contribution personnelle, les mesures et concepts futurs au niveau communal, cantonal et national sont d'une importance capitale.

Plus les mesures de prévention sont mises en œuvre, moins il est nécessaire d’assainir

Les problèmes de bruit existants doivent bien sûr être résolus. Les lieux où les valeurs limites sont dépassées doivent être assainis. Toutefois, il faut veiller davantage à éviter de nouveaux problèmes de bruit en prenant des mesures de précaution. Dans la mesure du possible, il convient d'envisager un transfert de la mobilité vers les transports publics, en combinaison avec le vélo et la marche. La poursuite du transfert du transport de marchandises vers le rail est également d'une importance capitale. Les redevances sur le trafic routier qui se basent sur le poids et la puissance au lieu de la cylindrée d’un véhicule permettent une meilleure transparence des coûts.


Réduction du bruit à la source

La loi sur la protection de l'environnement et l'ordonnance sur la protection du bruit sont fondées sur le principe du pollueur-payeur. La priorité est donnée aux mesures à la source, avant les mesures techniques sur le chemin de propagation et sur les bâtiments. Les mesures techniques contre le bruit sont également soumises à des limites acoustiques, structurelles et esthétiques.

S’attaquer à la racine du problème : Campagne d'affichage pour lutter contre le bruit dû au trafic routier.

Si l'on produisait moins de bruit, le bruit deviendrait moins problématique.

En plus de l’installation de revêtements à faible indice de bruit et les rductions de la limite de vitesse, la lutte contre les nuisances sonores dues à la circulation routière signifie également...

  • la promotion de véhicules et de pneus silencieux, la recherche et la formation continue dans tous les domaines du bruit,
  • la lutte contre le bruit dans les établissements scolaires et la sensibilisation au travers d’outils et médias éducatifs,
  • le lancement de campagne contre le bruit
  • les conférences et les interviews,
  • la rédaction et la diffusion de publications,
  • et fournir, développer et actualiser en permanence les informations sur Internet,

tout en tenant compte de la grande diversité des conditions et des attentes du groupe hétérogène d'acteurs impliqués.


Mesures contre le bruit routier

La pollution sonore due à la circulation routière est avant tout un problème de bruit urbain. Au centre des localités, les murs antibruit sont rarement possibles et les fenêtres insonorisées ne sont que des solutions d'urgence.

Si vous laissez votre voiture au garage et utilisez votre corps, vous vous faites du bien et les autres en profitent.

Grands axes routiers et réduction de la vitesse

Afin d'alléger la charge de trafic sur les routes de transit dans les zones urbaines, le trafic est dirigé, dans la mesure du possible, vers les grandes artères du réseau routier.

En outre, les liaisons entre les agglomérations seront conçues de manière à ce que le trafic motorisé circule lentement, mais régulièrement, et que la route soit également accessible aux autres usagers sans danger. La réduction de la vitesse et les revêtements phonoabsorbants sont d'autres mesures.

Rôle de chacun dans la lutte contre le bruit

La réduction du bruit est également une tâche pour tous ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas se priver d'un véhicule à moteur. Une utilisation ciblée et planifiée de son véhicule peut permettre de réduire le nombre de kilomètres parcourus et le niveau des nuisances sonores. Avec une conduite à basse vitesse, des véhicules et des pneus silencieux, le bruit peut être réduit de près de moitié.